Sélectionner une page

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, mieux communiquer ce n’est pas (forcément) mieux parler ou parler plus, mais c’est souvent mieux écouter.

Découvrez dans cet article 3 raisons pour lesquelles mieux écouter est essentiel pour mieux communiquer, et 3 astuces pour mieux écouter vos interlocuteurs.

 

Pourquoi mieux écouter permet de mieux communiquer ? 

Raison 1 : Écouter c’est encore plus qu’entendre

Ecouter, c’est d’abord entendre ce que votre interlocuteur vous dit, en le laissant s’exprimer.

Au-delà d’entendre, écouter c’est essayer de comprendre ce que votre interlocuteur veut dire, sans chercher à le deviner ou à le supposer.

Si vous êtes plutôt mal à l’aise dans les conversations où vous devez parler : bonne nouvelle pour vous, entendre les autres fait partie de vos habitudes, mais les écoutez-vous vraiment?

Si vous êtes plutôt du genre à parler beaucoup, l’exercice vous sera peut-être moins familier, mais comme toute pratique, c’est une question d’entraînement pour que cela devienne plus facile.

 

Raison 2: Communiquer, ce n’est pas (que) parler

 

Mieux communiquer, ce n’est pas uniquement mieux parler.

Communiquer c’est « faire savoir », « faire connaître », « transmettre », « partager » quelque chose.

La parole est un moyen de communiquer, mais il y a d’autres moyens.

On peut communiquer à l’écrit, par les gestes, par les actes, etc.

Ecouter l’autre, c’est aussi savoir comment communiquer avec lui de la meilleure manière.

 

Raison 3 : si vous n’écoutez pas votre interlocuteur, vous ne pourrez pas le comprendre, et encore moins lui apporter une réponse adaptée à son besoin

 

Qu’y a-t-il de pire que de se retrouver face à quelqu’un qui ne comprend pas votre problème, et essaie malgré tout de vous apporter une solution… qui ne vous aide pas ?

Cela vous met déjà dans de mauvaises dispositions, n’est-ce pas ?

Lorsque vous n’écoutez pas réellement ce que dit votre interlocuteur et que vous cherchez à lui apporter une solution, vous ne lui rendez pas service. Vous pouvez tomber à côté de la plaque malgré vos bonnes intentions.

Pourquoi cela arrive? Il est tentant de répondre « parce que la personne en face s’est mal exprimée »… mais est-ce que vous-même avez essayé de bien comprendre? Est-ce que vous avez suffisamment écouté ? Moi-même de ne pas écouter suffisamment, car c’est en réalité un exercice compliqué.

Lorsque nous communiquons, nous cherchons à parler de nos besoins, même si nous ne l’exprimons pas clairement. 

Que ce soit dans le domaine personnel ou professionnel, nous avons toujours un besoin derrière ce que nous exprimons.

Si vous écoutez suffisamment bien la personne en face de vous, vous parviendrez à comprendre quel est son véritable besoin.

C’est seulement à partir de ce moment là, vous pourrez essayer d’y répondre de la manière la plus adaptée. 

Si vous ne comprenez pas le besoin de la personne en face de vous, nous ne pourrez jamais répondre à ses attentes. 

Je ne dis pas que cela est facile. Je pense en revanche que c’est nécessaire et même indispensable d’écouter pour comprendre.

 

3 astuces pour mieux écouter

Astuce 1 : soyez monotâche

Ecouter n’est pas seulement entendre ce que dit la personne en face de vous.

Ecouter c’est chercher à comprendre son besoin pour pouvoir y répondre.

Comprendre nécessite un effort et il est plus simple de faire une seule chose à la fois lors d’un effort.

Lorsque vous voulez écouter une personne, donnez-lui vraiment 100% de votre attention. 

 

Évitez les distractions et le multitâche : ne faites pas plusieurs choses en même temps.

Laissez votre téléphone dans votre poche, laissez vos e-mails de côté pendant 5 minutes. 

Cela vous permet 2 choses essentielles :

1/ Faire ressentir à la personne face à vous que vous la prenez vraiment en considération et que vous essayez de la comprendre

2/ Vous concentrer pour être plus efficace, car écouter et comprendre nécessite un réel effort

 

Astuce 2 : posez des questions, ne cherchez pas à apporter des solutions

 

Écouter, c’est essayer de comprendre l’autre.

Si vous ne parvenez pas à comprendre ce que vous dit votre interlocuteur, posez-lui des questions et demandez-lui des précisions.

Utilisez aussi la reformulation pour vous assurer d’avoir bien compris.

Rappelez-vous que vous pourrez apporter une meilleure réponse si vous comprenez la question initiale (et le besoin).

N’ayez pas peur de questionner, et si vous avez un doute, exprimez-le simplement. 

Si malgré plusieurs questions vous ne parvenez toujours pas à comprendre, vous pouvez dire par exemple « pardon mais j’ai encore du mal à comprendre, excuse moi et dis moi si c’est une question qui te semble déplacée/inappropriée mais [votre question] ».

Un autre exemple : « J’essaie de comprendre alors je te pose ces questions. Si ça te semble déplacé dis-le moi et ne te sens pas obligé de répondre ». 

Soyez toujours bienveillant dans vos questions, cherchez simplement à comprendre l’autre et surtout pas à porter un jugement sur ce qu’il vous dit.

Si vous avez du mal à poser des questions et reformuler, vous pouvez aussi essayer une approche plus minimaliste.

Vous pouvez simplement répéter la fin de phrase de votre interlocuteur de manière interrogative pour l’inciter à préciser le fond de sa pensée.

Par exemple si votre interlocuteur vous dit « Je ne comprends pas telle chose », vous pouvez dire de manière interrogative « telle chose? » et la personne devrait vous préciser assez spontanément ce qui bloque sur la chose en question.

Astuce 3 : demandez la permission avant de suggérer quelque chose

 

Avant de suggérer quelque chose ou d’apporter votre point de vue ou votre conseil à votre interlocuteur : demandez sa permission.

En effet, écouter l’autre et communiquer avec lui, ce n’est pas lui imposer vos idées.

Connaissez-vous le proverbe « Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre » ?

Et bien comme beaucoup de proverbe il contient une grande vérité : vous ne pouvez pas faire entendre quoi que ce soit à quelqu’un qui n’est pas prêt à écouter. 

Peut-être que vous avez une idée à partager, une solution qui vous paraît adaptée au problème que vous entendez, et c’est très bien. Mais peut-être qu’en face de vous la personne n’est pas prête à l’entendre. 

Pour le vérifier, demandez par exemple simplement « est-ce que je peux te donner mon avis ? » ou bien « est-ce que je peux te suggérer quelque chose? » ou encore « est-ce que tu veux connaitre mon avis? ». 

Attendez une réponse positive. 

Si la personne vous dit non, il ne sert à rien, ni pour vous, ni pour elle, de donner votre avis ou une suggestion.

Pour vous, ce sera une perte de temps et d’énergie, une source d’agacement aussi.

Pour votre interlocuteur, ce sera une source d’agacement également, voire un sentiment de jugement.

Si vous avez une réponse positive, c’est que la personne face à vous est prête à vous écouter et à entendre ce que vous avez à lui dire…

Elle est prête à mieux écouter pour mieux communiquer…CQFD 😉