Sélectionner une page

Si vous voulez mieux communiquer au travail, ne commettez pas les 7 péchés capitaux de la communication relevés par Julian Treasure (TED Talk).

Avoir une communication efficace et constructive est possible et vous permettra d’avoir de meilleures relations de travail.

Connaître les 7 péchés capitaux de la communication est un premier pas pour changer nos attitudes et nos habitudes.

Une meilleure communication est la clé de meilleures relations.

 

1.Les commérages et rumeurs

 

Les commérages empêchent d’avoir une communication efficace et constructive au travail.

Ils consistent simplement à critiquer, juger ou même dénigrer une personne.

Il est toujours tentant de tendre l’oreille et pourquoi pas de participer à la conversation lorsqu’il s’agit de rumeurs, mais elles ne participent pas à créer un environnement agréable et constructif.

Résistez à la tentation de propager des rumeurs et communiquez plutôt sur des faits que sur des rumeurs.

 

2.Le jugement : l’ennemi de la communication constructive

 

Si vous voulez qu’une personne arrête d’écouter ce que vous avez à dire, commencez par la juger, et surtout lui dire qu’elle a tort.

Après cela, elle sera totalement fermée à la discussion et vous pourrez toujours attendre pour avoir un dialogue constructif.

Communiquez sans juger et énoncez simplement des faits.

Peut-être que vous et votre collègue avez une vision différente des choses, mais que chacun a raison de son point de vue?

Peut-être que vous comparez des choux et des carottes?

Mais si vous jugez dès le départ, vous ne verrez pas cette subtilité.

En matière de communication professionnelle, cherchez aussi souvent que possible à remonter à la source d’un désaccord.

Ne cherchez pas à savoir si quelqu’un a raison ou tort…et encore moins QUI a raison ou qui a tort.

 

3.La négativité

 

Si vous êtes négatif dans votre communication au travail, vos relations risquent d’en pâtir.

On a généralement tendance à rechercher la compagnie de personnes positives, qui cherchent des solutions plutôt celles qui cherchent des problèmes, n’est-ce pas?

Soyez la solution que vos collègues cherchent, et non pas le problème qu’ils fuient.

 

4.Se plaindre, ou comment avoir une communication contre-productive

 

Les plaintes, tout comme la négativité, font fuir. Se plaindre sans chercher de solution ou d’amélioration à une situation n’est pas constructif.

Se plaindre c’est se résigner à une situation, sans chercher vraiment de solution.

Votre travail est trop complexe / ennuyeux / stressant / fatigant / etc.

Sans aucun doute, si vous vous en plaignez. Mais se plaindre est une chose…chercher et proposer une solution en est une autre.

Pourquoi ne pas utiliser votre plainte pour réfléchir un instant à

1/ pourquoi la situation ne vous convient pas et vous bloque ?

2/ quelle(s) solution(s) vous pouvez imaginer pour changer les choses?

Imaginer et communiquer des éléments nouveaux (et positifs) aide à se projeter dans l’avenir.

Votre travail est trop complexe ? Qu’est-ce qui est trop complexe précisément ? Quelle solution pourrait vous permettre de simplifier les choses ?

Plus vous communiquez des éléments précis et plus vous proposez de solution et d’axes d’amélioration, plus vous avez de chances d’être écouté, entendu et compris.

 

5.Trouver des excuses et ne pas assumer sa part de responsabilité

 

Lorsque vous communiquez, il y a une différence entre faire des excuses et trouver des excuses.

Si vous avez (vos) tort(s) et que vous présentez vos excuses à une personne c’est tout à votre honneur et c’est une démarche constructive dans votre relation avec cette personne.

Mais si vous avez (vos) tort(s) et que vous cherchez à le nier. Si vous avez tort et que vous cherchez à trouver une raison qui vous dédouane de toute responsabilité…alors vous vous trouvez des excuses.

Il peut arriver que vous ne remplissiez pas une mission qui vous a été confiée, mais il est de votre responsabilité d’assumer.

Vous n’avez pas terminé à temps par manque de temps ? A quelle autre mission avez-vous accordé votre temps ?

Vous avez vos raisons et elles sont sans-doute valables alors ne les niez pas et au contraire exprimez-les!

Vous n’avez pas terminé la mission qui vous a été confiée car vous avez donné la priorité à un autre projet pour telle et telle raison ? C’est ok.

Vous n’avez pas terminé la mission car vous bloquez sur un point ? C’est ok.

Il vaut toujours mieux en parler clairement et factuellement que tenter de cacher un problème.

Si vous communiquez sur vos problèmes, vos blocages, vos doutes, vous avez beaucoup plus de chance que quelqu’un essaie de vous aider.

Si vous n’en parlez pas et si vous cherchez des excuses, il est plus que probable que cette attitude vous porte préjudice.

 

6.Exagérer et mentir

 

Exagérer est une forme de mensonge. C’est déformer la vérité pour la faire paraître plus complexe qu’elle l’est en réalité.

Le mensonge est à double peine en entreprise.

Si vous mentez à propos des autres, vous risquez déjà de leur nuire.

Première peine.

Mais vous risquez en deuxième peine de vous nuire à vous-même.

Connaissez-vous l’histoire du garçon qui criait au loup ?

Et bien en entreprise c’est pareil. Si vous criez trop souvent au loup, on finira pas ne plus vous croire et le jour où votre problème sera bien réel, on ne vous croira pas et on ne vous aidera pas.

Deuxième peine.

 

7.Confondre opinion et faits

 

C’est le dernier péché capital de la communication en entreprise, et sans doute le plus complexe à éviter.

Nous sommes humains et il est parfois compliqué de faire la différence entre un fait et une opinion.

Considérer sa propre opinion comme un fait est un raccourci facile et tentant.

Un fait est une description sans jugement, tandis qu’une opinion est une appréciation personnelle.

Lorsqu’une opinion est basée sur un fait, sur des preuves, il peut être facile de les confondre.

Lorsqu’il y a une généralisation (toujours, jamais) il s’agit probablement d’une opinion.

Pour mieux communiquer au travail, il est important de mettre de côté les opinions lorsqu’elles ne sont pas sollicitées, et de se concentrer sur les faits.

Vous pouvez bien sûr exprimer votre opinion, mais soyez-en conscients lorsque vous le faites.

Soyez conscient également qu’il s’agit de votre opinion personnelle et non d’un fait irréfutable ni de la vérité absolue.

Les autres collaborateurs qui vous entourent ont certainement des opinions différentes et elles peuvent être tout aussi valables que la vôtre.

Échanger sur les opinions des uns et des autres, si vous le faites en connaissance de cause et dans un objectif précis pourra être une bonne manière d’améliorer votre communication future au travail.

 

En conclusion : améliorer votre communication au travail c’est agir sur 7 mauvaises habitudes

 

Remplacez les commérages, le jugement, la négativité, les plaintes, les excuses, le mensonge et les opinions par l’honnêteté, l’authenticité, l’intégrité et la bienveillance.

Vous pouvez choisir de modifier vos habitude pour améliorer votre communication au travail.

Gardez à l’esprit que le changement des autres envers vous, commence par votre changement à vous envers les autres.

C’est particulièrement vrai en matière de communication au travail, mais aussi au quotidien.

_ _ _

Vous souhaitez faire part votre expérience, ajouter des éléments ?

N’hésitez pas à le partager en commentaire de cet article !